• Mon fils nous a dit qu'il aimait les garçons...

    "Il y a trois semaines, mon fils ainé, tout juste 15 ans, nous a annoncé à sa mère et moi, qu’il préférait les garçons. Cette révélation fut un choc. Sous l’effet d
    ’annonce, nous avons plutôt bien réagi je crois... nous l’avons rassuré et réitéré notre amour. Mon fils eut l’air soulagé et est parti se coucher. Sa mère et moi n’avons pas dormi de la nuit entre pleurs et discussions.

    Le lendemain, ni ma femme ni moi n’eurent le courage de relancer la discussion avec lui. Quelle erreur... Nous avons laissé le non-dit s’installer et repris nos petites vies là où elles en étaient restées avant ce coming-out. Mon épouse se fait petit à petit à l’idée de voir notre fils avec un garçon... Elle essaie d’en parler avec moi pour connaitre mon avis et ma position vis-à-vis de notre fils. Je lui mens et minimise l’impact de cette révélation sur mon moral. Je ne veux pas lui rajouter ça sur le dos... pour elle non plus ce n’est pas facile. Mais pour tout dire et passer le choc émotionnel de l’annonce, je vais de pire en pire. Je me rends compte que mon fils va coucher avec des hommes, qu’il ne sera jamais comme tout le monde, qu’on va se moquer de lui, qu’il sera confronté à la haine des autres... Je lui en veux. Je m’en veux.
     
    A 15 ans ! Comment peut-il savoir ça ? J’aimerais vous dire que je suis fier de mon fils. J’aimerais vous dire que l’amour d’un parent est inconditionnel, mais je n’y arrive pas. Oui, je veux son bonheur mais j’ai besoin d'un peu de temps...
    Le voir avec un homme, c’est au-dessus de mes forces. Je deviens parano et quand il amène un pote à la maison, j’imagine que c’est son petit copain.
    Aujourd'hui, mon épouse et moi nous nous sommes apaisés et avons enfin pu discuter sereinement de lui, car c’est bien de lui qu’il s’agit... même si c’est vrai, c’est nous, les parents, qui avons du mal à gérer.

    Nous avons découvert ma femme et moi notre fils beaucoup plus mature que nous l’avions soupçonné. Une souffrance en lui qui a commencé à prendre fin avec la délivrance de son coming-out à ses parents. Une souffrance que nous n’avions pas vue, ni sentie.
    Il nous a adressé un message clair : il veut vivre, pleinement et sans honte de lui-même, sans se cacher ou se justifier, sans provocation ni tapage... mais surtout sans tricher.

    Essayer d’être heureux...
    N’est-ce pas ce que nous avons toujours voulu pour lui ?

    J’ai aujourd’hui beaucoup plus de recul. Relativisons : mon fils n’est pas malade, pas drogué, pas dépressif... c’est un gosse de 15 ans qui ne demande qu’à vivre comme tous les gosses de son âge, entouré de ses amis et de sa famille.
    Il nous a dit, les yeux humides, qu’il s’excusait de nous faire de la peine, mais qu’il n’est pas homo pour se rebeller ou "contre" nous... Je lui ai demandé du temps pour être à l’aise, pour pouvoir en parler aussi librement que je lui parlais de filles, mais que nous ferons tout pour nous adapter à la situation.
    Nous l’avons enfin remercié de nous avoir dit la vérité... en l’encourageant à continuer même si c’est pas facile à dire ou à entendre. Je lui ai demandé d’être prudent, de faire attention à lui, de bien choisir ses amis et de prendre son temps pour tout le reste.

    Nous dirons bientôt à notre second fils (13 ans) pour son grand-frère... à table, je pense dans une conversation, quand ma femme et moi serons à même de répondre à toutes ses questions sans gêne, ni lacune. Nous préférons qu’il l’apprenne à la maison qu’au collège de la bouche de quelqu’un qui ne serait pas forcément bien-veillant...

    Je m’adresse aux parents, ne rejetez pas votre enfant parce qu’il a une préférence pour le même sexe ! Si vous aimez votre enfant vous devez l’accepter tôt ou tard ! Seul, le bonheur de son enfant doit compter aux yeux des parents !"
     
    Témoignage de Franck. (43 ans)
     
    Que pensez-vous du témoignage de ce papa ?
     
    Par Maxence Briguet.

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique